Véronique Janneau

Gérante et créatrice de l’agence

Création de l’agence en 1992 après 10 ans d’expérience.

Chef du service de presse des Arts décoratifs, Paris, 7 ans :
musée des Arts décoratifs, musée des Arts de la Mode, musée Nissim de Camondo, musée de la Publicité, École Camondo.

Chef du service de presse de la Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris, 3 ans

Lorsqu’elle fonde l’agence Observatoire en 1992, Véronique Janneau a déjà exploré de multiples aspects du monde culturel. Après des études scientifiques, elle plonge au début des années 80 dans l’univers foisonnant des «radios libres» et, tout en lançant des émissions nouvelles, assume une collaboration partielle au quotidien «Le Parisien» puis entre au service communication du Musée des arts décoratifs. C’est alors que sa passion des arts trouve son champ d’action. Nommée responsable du service presse, elle prend en charge ce rôle pendant six ans, puis poursuit son chemin pendant deux années à la Cité des Sciences et de l’Industrie.

L’expérience très diverse accumulée l’incite alors à voler de ses propres ailes. De 1992 à 2001, l’agence Observatoire crée son réseau et construit son image. En 2001, l’agence est précurseur dans la mise en place de nouveaux outils publicitaires et technologiques comme le site web interactif pour les journalistes.

Aujourd’hui, l’agence gère la communication d’une trentaine d’institutions en France et une dizaine à l’international, en Suisse et en Belgique.

Ce succès vient couronner des années d’un travail qui conjugue solidité et audace.

Aurélie Cadot

Chef de projet relations presse

Observatoire depuis 2006

Anglais : courant
Espagnol : lu & écrit
Maîtrise Indesign : avancée

FORMATION

2005 : Licence Arts du spectacle, option théâtre / Paris III, Sorbonne Nouvelle 2002-2004 : Double cursus : DEUG Arts du spectacle, DEUG Histoire de l’art / Paris Spécialisation en histoire de l’art moderne et contemporain
2002-2003 : Cours de formation du comédien / École Périmony, Paris
2002 : Baccalauréat Série L, option Théâtre / Lycée Raymond Naves, Toulouse

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

Depuis novembre 2006 : Chef de projet, attachée de presse / Agence Observatoire – Véronique Janneau, Paris

Références en 10 ans de relations presse : Musée Soulages, Rodez ; Fondation Beyeler,
 Bâle ; Museo Guggenheim, Bilbao ; Musée de Lodève ; Musée d’art moderne, Céret ; Drawing Lab Paris ; Musée Matisse, Le Cateau Cambrésis ; Domaine de Kerguehénnec, Bretagne ; Musée des Beaux-Arts, Angers ; Musée des Beaux-Arts, Dijon ; Musée des beaux-arts, Calais ; Musées de la ville de Dunkerque ; Hôtel des Arts, Toulon ; Palais Lumière, Evian ; Cité de la dentelle et de la mode, Calais,…

Chargée des relations presse pour des foires d’antiquités et d’art contemporain : DRAWING NOW Art Fair / Salon du dessin contemporain, ST-ART / Foire Européenne d’art contemporain et de design de Strasbourg, SOON PARIS / Le Salon de l’Oeuvre Originale Numérotée, CULTURES Brussels / The World Arts Fair…

Janvier à juin 2006 : Assistante galeriste / Galerie Eric Dupont, Paris

Suivi des dossiers des artistes pour les foires, organisation du stand de la galerie pour la 1ère édition de «La Force de l’art» à Paris, suivi des ventes…

2005-2007 : Création et organisation d’un festival pluridisciplinaire, Tarn

Création de l’association, montage du budget, recherche et suivi des artistes, plannification et organisation, mise en place de partenariats, communication,…

Vanessa Ravenaux

Chef de projet relations presse

Observatoire depuis 2010

FORMATION

2009-2010 : Master 2 Mise en valeur du Patrimoine / Arras

2008-2009 : Master 1 Mise en valeur du Patrimoine / Arras

2006-2007 : Licence 3 Arts Plastiques / Tourcoing

2003-2004 : Art de l’image / St Luc Tournai, Belgique Equivalence baccalauréat Littéraire avec option artistique

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

→ Depuis 2010 : Attachée de presse / Agence Observatoire

Depuis 2010 a suivi :
musée départemental Matisse au Cateau-Cambrésis / Fondation Beyeler, Bâle / musée de Flandre, Cassel / musée des beaux-arts, Calais / Cité de la dentelle et de la mode, Calais / musée-atelier départemental du verre à Sars Poteries / Centre Historique Minier de Lewarde / musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon / Champagne Nicolas Feuillatte / musée Guggenheim à Bilbao / 10 ans de Culture de Bercy Village / musée des Beaux-Arts d’ Angers / Fondation Beyeler…

→ Mars à Septembre 2010 :
Chargée de communication / LaM, Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut, Villeneuve d’Ascq
Communication autour de la réouverture du musée et de l’extension d’Art Brut

→ Mars à Août 2009 :
Chargée de communication / Musée Matisse, Le Cateau Cambrésis Communication pour les expositions Kees Visser et Miro et Tériade, l’aventure d’Ubu

→ 2008-2009 :
Organisation des 500 ans de l’église de Lannoy, 59390
Mise en place de différentes manifestations durant les 4 saisons, exposition d’Art Contemporain, fête de la musique, journée du patrimoine et anniversaire

Vanessa Leroy

Chef de projet relations presse

Observatoire depuis 2014

Anglais : courant
Espagnol : intermédiaire
Maîtrise Indesign : avancée

FORMATION

2013 : Master 1 et 2 Professionnel Gestion des sites du Patrimoine Culturel et Naturel et valorisation touristique / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne


2011 : Bi-licence Droit et Histoire de l’Art – Archéologie / Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne
2015 : Formation de designer graphiste / Ecole à distance Lignes et Formation

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

→ Depuis 2014
Attachée de presse / Agence Observatoire – Véronique Janneau, Paris

Juin à novembre 2014 : Chargée de communication et développement commercial / Agence Manuelle Gautrand Architecture, Paris

Rédaction et mise en page de dossiers de presse, mise en place de stratégies de communication, organisation d’inaugurations et voyages de presse, veille commerciale, montages de dossiers de candidatures pour répondre aux appels d’offre, animation des réseaux sociaux.

Février à mai 2014 : Attachée de presse / Metropolitan Museum of Art, New York, USA

Aide à la promotion des expositions Ink Art, Lost Kingdoms, Out of Characters, de l’ouverture de l’Anna Wintour Costume Center.

Septembre 2013 à janvier 2014 : Attachée de presse / Centre Pompidou, Paris

Aide à la promotion des événements liés à la programmation Jeune Public, du Nouveau Festival, de l’exposition Pierre Huygue.

Margot Spanneut

Attachée de presse

Observatoire depuis 2017

Anglais : avancé
Espagnol : scolaire
Maîtrise Indesign : intermédiaire

FORMATION

2016-2017 : Master 2 Développement culturel à l’IAE / Lille 2014-2015 : Master 1 Communication Institutionnelle à l’EFAP / Lille 2011-2014 : Licence LLCE d’anglais / Lille

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

→ Août 2018- décembre 2019

Attachée de presse dans le domaine du théâtre à l’agence MYRA (Paris 20ème)

Mise en place de la stratégie média établie pour chaque client / Suivi des relances / Mise en place des voyages de presse / Reporting, annalyse, revue de presse et bilan
Clients : Nouveau Théâtre de Montreuil, Nouvelle scène nationale de Cergy-Pontoise/ Points communs, MAC Créteil, le Festival International des théâtre de marionnettes (Charleville-Mézières), Crédac (Ivry), Manifesto (pour action sur accrochage d’une oeuvre de Claude Lévêque), exposition Napoléon (Arras)

→ Janvier 2017- juin 2018 :


Attachée de presse junior à l’agence Observatoire

Mise en place de la stratégie média établie pour chaque client / Suivi des relances / Mise en place des voyages de presse / Reporting, analyse, revue de presse et bilan

Viviane Joessel

Attachée de presse

Observatoire depuis 2022

Anglais : avancé
Maîtrise Indesign : avancée

FORMATION

2018 : Master Marketing «Communication événementielle et directe» – International Business School, Institut Supérieur de Gestion (ISG), Paris
2017: Échange universitaire au Brooklyn College, University of New-York — Fashion Marketing (Honors Certificate), International Business, Principles of Marketing

2014-2015 : Hypokhâgne,Khâgne (classes préparatoires littéraire) Mention Très Bien – Lycée Jean-Baptiste Corot, Savigny-sur-Orge

2015 : Licence 2 d’Anglais – Université Paris-Sorbonne

Licence 2 LEA Anglais/Espagnol – Université Evry Val d’Essonne

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

→ Janvier 2018
Attachée de presse / Agence Observatoire – Véronique Janneau, Paris

Chargée des relations presse pour : Fondation Beyeler, Bâle ; galerie Malingue, Paris ; Eurantica Fine Art Fair 2019, Bruxelles ; Antica Namur 2018, Belgique ; le galeriste belge Didier Claes, Bruxelles ; la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris, les éditions Ides & Calendes, les éditions Bibliothèque des Arts.

→ Janvier 2017- juin 2017 :
Goods of Conscience (New-York) Chargée de communication événementielle

→ Novembre 2015- octobre 2016 :
Bureau des Arts de l’ISG (Paris)
Présidente de l’association, chargée de projets culturels et de communication

Kassandre Fradelin

Attachée de presse

Observatoire depuis 2021

Anglais : courant
Italien : intermédiaire
Maîtrise Indesign : avancée

FORMATION

Licence en Classe Préparatoire aux Grandes Écoles A/L à Claude Monet, Paris XIIIè
Master en Humanités et Lettres Classiques, Université Paris X, Nanterre
Master en Lettres – Édition – Médias, Université Paris III, Sorbonne Nouvelle

La Fondation de l’Hermitage fête ses 40 ans !

Sise dans une splendide demeure du XIXe siècle au cœur d’un parc centenaire offrant une vue unique sur le lac Léman et les Alpes, la Fondation de l’Hermitage célèbre cette année son 40 ans anniversaire.
L’HERMITAGE EST UNE FÊTE ! Pour marquer l’événement, la Fondation de l’Hermitage organise une journée festive le samedi 29 juin 2024 entre 14h et minuit. Sous la bannière « On n’est pas sérieux, quand on a 40 ans ! », l’événement propose des animations et de nombreuses activités offertes à toutes et à tous.

Attachée de presse : Kassandre Fradelin
kassandre@observatoire.fr
+33 7 66 54 16 73
L https://www.linkedin.com/in/kassandre-fradelin-51a7a4208/

Sur les pas d’Atget

Domaine départemental de Sceaux
Jusqu’au 15 décembre 2023

Le photographe Jean Eugène Auguste Atget (1857-1927) a immortalisé les lieux au moment de l’entrée du Domaine de Sceaux dans le domaine public. Une quinzaine de photos de l’artiste, datées de juin 1925 à août 1927, sera présentée dans le parc, au plus proche des lieux mêmes qui ont été photographiés, illustrant l’état du site avant la grande restauration de l’architecte Léon Azéma. Une exposition qui donne à voir le chemin accompli en un siècle pour faire de ce patrimoine vivant un lieu d’histoire et de biodiversité ouvert à tous.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L https://www.linkedin.com/in/vanessa-leroy-4b36bb67/

Marc Riboud, 100 photographies pour 100 ans

Musée des Confluences, Lyon
Jusqu’au 31 décembre 2023

En collaboration avec Les amis de Marc Riboud

L’exposition célèbre le centenaire de la naissance, à Saint-Genis-Laval près de Lyon, de Marc Riboud, photographe de renommée internationale.
Dès son entrée à l’agence Magnum en 1953, Marc Riboud place le voyage au coeur de son oeuvre. De l’Inde à la Chine, de l’Algérie au Ghana ou au Nigeria, son regard se pose sur les cultures du monde, et notamment sur l’Asie, où il fera de nombreux et longs séjours. Ses reportages sur les transformations d’une Chine, du Grand Bond en avant (1957) au boom économique (années 1980), le rendront célèbre. Témoin d’autres grandes révolutions en Iran, en Pologne ou en Afrique du Sud, il est aussi sur le front des combats au Viêtnam, au Pakistan oriental.
Si son instinct pour la géométrie est une marque de son oeuvre, la présence humaine dans l’image, visible ou invisible, révèle sa sympathie naturelle envers ceux qui combattent pour leur liberté.
En cent photographies, l’exposition propose un aperçu de la richesse et de la diversité du travail de Marc Riboud et met en exergue la passion d’un homme : comprendre le monde et affronter les autres. 

Cette exposition bénéficie des prêts du fonds photographique Marc Riboud, légué en 2019 au musée national des arts asiatiques – Guimet (Paris). Ce projet est aussi l’occasion d’une collaboration entre deux musées historiquement reliés à Émile Guimet, collectionneur passionné par les voyages et l’étude des civilisations, tout comme Marc Riboud le fut, à sa façon, un siècle plus tard.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L https://www.linkedin.com/in/vanessa-leroy-4b36bb67/

Museum Connections, 28ème édition

Paris, Porte de Versailles : 16 et 17 janvier 2024

Inspirons l’expérience culturelle et touristique de demain
Le salon Museum Connections est de retour pour la 28ème édition les 16 et 17 janvier 2024 à Paris, Porte de Versailles.
Salon professionnel international, résolument tourné vers les enjeux économiques et durables des musées, lieux culturels et touristiques, Museum Connections décode les tendances et innovations pour imaginer les nouvelles expériences de visite.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L https://www.linkedin.com/in/vanessa-leroy-4b36bb67/

Suzanne Husky, Le temps profond des rivières

Exposition du Prix Drawing Now 2023
Commissaire d’exposition : Lauranne Germond
Drawing Lab, Paris : du 26 janvier au 7 avril 2024

Contenir les forces des flux des rivières et des cours d’eau en un lit simplifié, prévisible a été une obsession pour nos cultures. La ligne bleue parfaitement maitrisée d’un bout à l’autre et qui ne déborde pas. Cette obsession qui a transformé nos rivières en canaux est l’une des causes de la sécheresse que l’on pleure : sans méandres, sans aspérités, nos eaux filent tout droit à la mer. Mais à quoi ressemble un cours d’eau en bonne santé ? Une rivière reconnectée à sa plaine alluviale, ou qui se déploie sur les lits majeurs, change son parcours, mange à sa santé, fait ses exercices, goûte aux 1 000 plantes qui la bordent et est chatouillée par les amphibiens, les alevins et les pattes verruqueuses et velus des dytiques, des nèpes, et des odonates qui la parcourent ? Quelle est la responsabilité des artistes à travers l’histoire dans ces représentations simplifiées des cours d’eau et comment l’art peut-il aujourd’hui être un agent de transformation de cette perception ?
Dans la grande tradition de l’illustration naturaliste et en collaboration avec le philosophe chercheur Baptiste Morizot qui co-signe une partie des oeuvres, Suzanne Husky nous invite à reconsidérer le temps long de la rivière. Par une pratique appliquée du dessin mêlant exactitude scientifique, et visions holistiques d’une nature réenchantée, gouaches, aquarelles, et encres font renaitre le visage oublié des rivières en bonne santé, des milles et unes espèces en déclin, qui peuplent d’ordinaire son écosystème, et ravive notre lien originel à la zone humide.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L https://www.linkedin.com/in/aureliecadot/

Secrets de la Terre

Musée des Confluences, Lyon
Jusqu’au 31 décembre 2023

L’exposition invite les visiteurs à pénétrer dans les profondeurs de la Terre pour y découvrir les richesses minérales de la planète.
Dialoguant entre l’histoire des civilisations et celle, bien plus ancienne, de la formation des minéraux, elle met en évidence leurs propriétés physiques et chimiques et leurs utilisations à travers les âges, depuis la Préhistoire. La pierre sert à la construction des outils et des habitats, les métaux à la fabrication des armes, des monnaies, puis des machines, les roches, comme le charbon, à la production de l’énergie, les terres, minerais et sels à l’alimentation de l’industrie. L’exploitation intensive de ces ressources, jusqu’à leur raréfaction, pousse aujourd’hui nos prospections toujours plus profondément sous terre. Et bien que les missions d’exploration martiennes aient essentiellement pour but de nous apporter une meilleure connaissance des processus géologiques en œuvre dans sa constitution, certaines entreprises rêvent déjà d’exploiter un jour la planète rouge.
Avec près de 8 000 échantillons de minéraux, 525 gemmes et 2 500 spécimens de roches, le musée des Confluences conserve une des grandes collections publiques de minéralogie.

Attachée de presse : Vanessa Leroy
vanessaleroy@observatoire.fr
+33 7 68 83 67 73
T @VanessaLeroyObs
L https://www.linkedin.com/in/vanessa-leroy-4b36bb67/

INFIRMIÈRES. Héroïnes silencieuses de la Grande Guerre

Musée de la Grande Guerre, Meaux – Jusqu’au 31 décembre 2023

L’évocation de la Grande Guerre renvoie le plus souvent aux Poilus dans les tranchées, aux souffrances et aux morts, il est peu question des soignants et notamment des infirmières qui, bénévoles ou salariées, civiles ou militaires, qualifiées ou simplement sensibilisées, ont œuvré au service des victimes.
Cette nouvelle exposition du musée de la Grande Guerre leur est consacrée. Elle a pour ambition de témoigner de l’engagement et de la participation des infirmières parmi les personnels de santé mobilisés sur les fronts mais aussi à l’arrière auprès des populations civiles.

Plus de cent ans après, il est difficile d’imaginer les infirmières dans leur contexte, tant nous avons tendance à leur appliquer nos modèles d’aujourd’hui. C’est toute la volonté de l’exposition qui expliquera comment la Première Guerre mondiale a été un tournant majeur pour la profession. En effet, le conflit établit les premiers pas vers la reconnaissance d’un métier véritable alliant connaissances médicales et savoirs des corps, même si les infirmières restent plus reconnues pour leur dévouement que pour leurs compétences.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Le grand Noël

Domaine de Vaux-le-Vicomte
Jusqu’au 7 janvier 2024

En 2023, le château de Vaux-le-Vicomte célèbre les festivités de Noël avec fastes et splendeur ! Cette 18e édition proposera des expériences immersives et inédites dans le domaine : les cours, les communs, le château et le jardin à la française seront magnifiés pour l’occasion !

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Nikos Aliagas, Le spleen d’Ulysse

Département de la Seine-Maritime, Abbaye de Jumièges
Prolongation jusqu’au 7 janvier 2024

Avec une remarquable fréquentation de plus de 32 000 visiteurs au 30 septembre, le Département de la Seine-Maritime prolonge jusqu’au 7 janvier 2024 l’exposition Le spleen d’Ulysse de Nikos Aliagas, exposée depuis le 8 juin dernier au logis abbatial de l’abbaye de Jumièges.

L’abbaye de Jumièges consacre depuis 10 ans sa programmation aux arts visuels contemporains et à de grandes expositions photographiques telles que La Tentation du paysage de Jean Gaumy en 2014, Vestiges de Josef Kouldeka en 2018, ou bien encore Ravir la force mais toujours aimer d’Ange Leccia en 2019.
Pour cette exposition, Nikos Aliagas a conçu un projet dans lequel dialoguent toutes les images de son vocabulaire artistique : la Grèce et la Méditerranée, les portraits, les paysages, les mains, les objets qui disent l’au-delà.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Noémie Sauve, Admiratio

Commissariat : Anne de Malleray
Drawing Lab, Paris
Jusqu’au 7 janvier 2024

En latin, le mot admiratio désignait une forme d’émerveillement mêlée d’étonnement, point de départ, selon Aristote, de toute enquête philosophique. Aujourd’hui, le terme français a perdu ce double sens. L’émerveillement, associé à la naïveté et à l’enfance, est ainsi communément opposé à l’observation scientifique et au désir de connaissance. N’est-ce pas pourtant cet affect qui pousse certains humains à se passionner pour l’étude des milieux naturels et des autres vivants ?
L’inspiration, pour Noémie Sauve, commence toujours au contact d’un terrain. Cette exposition présente des oeuvres issues de deux expéditions scientifiques – Tara (2017) et Vulcano (2021). Sur place, l’artiste collecte des données, des échantillons, des couleurs et des formes. De retour à l’atelier, elle explore des formats et des techniques multiples, entre dessin, sculpture et réactions chimiques des matériaux, cherchant à restituer les mondes invisibles et menacés des coraux ou encore l’incandescence d’une pierre volcanique.
La pratique artistique de Noémie Sauve est mue par une forme d’admiratio, de curiosité partagée avec les scientifiques rencontrés sur le terrain. Naviguant librement et sans hiérarchie entre les registres naturaliste et fantastique, elle crée des oeuvres qui, sur le mode de l’analogie et du détournement, nous invitent à notre tour à l’émerveillement et à l’enquête.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L https://www.linkedin.com/in/aureliecadot/

Les derniers Soulages. 2010-2022

Musée Soulages, Rodez
Jusqu’au 7 janvier 2024

Pierre Soulages parti le 25 octobre 2022, plus que jamais le musée veut lui rendre hommage en confirmant que l’oeuvre des dernières années réserve sa part de découverte et surtout la matérialisation intacte d’une forte énergie créatrice : des oeuvres de grandes dimensions, une matière riche, un noir travaillé à la lame pour en accentuer la brillance, les effets de lumière, la réintroduction du blanc… Ceux qui ont eu la chance de fréquenter son atelier à Sète et à Paris, dans cette décennie savent à quel point Soulages a travaillé avec passion et opiniâtreté.
Les dernières oeuvres ont la subtilité de la célèbre citation de Lampedusa : le tremblement perceptif à l’épreuve du passé, la fidélité à soi-même et pourtant des solutions nouvelles, des échappées. Changer tout en revenant à des fondamentaux des premiers temps.
Aussi, le musée Soulages a souhaité réaliser une rétrospective aussi complète que possible du peintre ruthénois. Nous avons envisagé une sélection de 35 à 40 oeuvres, des Outrenoir, sur le principe de reprendre le fil de la production de 2010 après la grande exposition du Centre Pompidou à 2022 (Peinture 102 X 130 cm, 15 mai 2022, son ultime peinture dans l’atelier de Sète).

Cette exposition sera à n’en pas douter un hommage et un point d’étape de l’oeuvre de ce grand peintre.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L https://www.linkedin.com/in/aureliecadot/

Le cri de liberté. Chagall politique

La Piscine, Roubaix
Jusqu’au 7 janvier 2024

Figure du déplacement et de la migration, Marc Chagall sillonne le monde au gré des tourments du XXe siècle. Porté par un grand cri de liberté, son art confronte l’oeil aux guerres affrontées et aux combats artistiques menés, transcendés par la force poétique et l’imaginaire, auxquels le vocabulaire pictural de la dérision et de l’humour ancrés dans la culture juive se conjugue. Coproduite avec la Fundación MAPFRE à Madrid et le musée national Marc Chagall de Nice, cette exposition, spectaculaire, constitue la première lecture complète de ses travaux sous l’angle des prises de position et de l’engagement. Le cri de liberté. Chagall politique bénéficie du soutien des Indivisions Ida Chagall et Michel Brodsky et de nombreux prêts prestigieux, français et étrangers, offrant par ailleurs l’occasion de découvrir un large éventail de documents inédits provenant des archives de l’artiste, sélectionnés dans le cadre des recherches menées pour les besoins de l’exposition.
Pour la quatrième fois, Chagall est l’invité de La Piscine qui poursuit ici un effort de relecture d’une figure essentielle de la modernité, engagée et à l’écoute de son temps, qu’il traverse et qu’il inspire de son message de peintre et d’humaniste

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Georges Arditi (1914-2012). D’un réel à l’autre

La Piscine, Roubaix
Jusqu’au 7 janvier 2024

Avec le soutien exceptionnel de la famille de l’artiste, La Piscine et le musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence s’associent pour consacrer une exposition à Georges Arditi (1914-2012), artiste prolixe qui demeure peu connu.
À La Piscine, l’exposition se concentre sur les deux premières périodes de création de l’artiste et son
cheminement au sein de la figuration et du réalisme. Un ensemble inédit d’esquisses pour des décors de théâtre est également présenté, évoquant les contributions d’Arditi dans le domaine des arts décoratifs. Un ensemble inédit d’esquisses pour des décors de théâtre sera également présenté, évoquant les contributions d’Arditi, cartonnier de tapisserie, illustrateur de bibliophilie et décorateur de théâtre, dans le domaine des arts décoratifs.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Claude Simon sur la route des Flandres : peintre et écrivain

La Piscine, Roubaix
Jusqu’au 7 janvier 2024

Avant de devenir un écrivain majeur du XXe siècle, distingué par le prix Nobel de littérature en 1985, Claude Simon a entamé une carrière de plasticien dont La Piscine, en association avec la Villa Yourcenar au Mont Noir et le Château Coquelle à Dunkerque, propose un panorama inédit. L’exposition réunit tableaux, carnets de dessins et croquis préparatoires, photographies, collages, etc. qui dévoilent à quel point l’esthétique simonienne s’est nourrie de l’art, se ramifiant en expérimentations multiples avant de trouver sa forme accomplie dans le roman.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Fanny Bouyagui : IA-TERRA

La Piscine, Roubaix
Jusqu’au 7 janvier 2024

Fanny Bouyagui, plasticienne et artiste multimédia installée à Roubaix, a depuis quelques années, une approche libre de la céramique. Cette nouvelle collection est un jeu de contrastes, une rencontre entre l’ intelligence artificielle et la terre. Dans un dialogue, les formes aléatoires façonnées par les mains de l’artiste accueillent des personnages créés par un logiciel puissant qui s’animent en vidéo sur leur support en porcelaine numérisé. Ils et Elles parlent, nous racontent une histoire chuchotée… Une parenthèse irréelle d’intimité que l’on va rejoindre par le biais d’un QR code.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Marc Ronet. La peinture obstinée : une donation 

La Piscine, Roubaix
Jusqu’au 7 janvier 2024

Figure importante du Groupe de Roubaix, Marc Ronet (né en 1937), depuis plus de 60 ans, explore les secrets et tourments de la peinture. Fidèle invité de La Piscine, il a souhaité, avec son épouse Monique, faire une donation qui témoigne de l’évolution mais également de la cohérence de son travail. Une vingtaine de tableaux viennent donc, en 2023, enrichir le fonds déjà constitué. Il est présenté cet automne en écho à l’exposition que lui consacre le MUba de Tourcoing.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Anna Boch, un voyage impressionniste

Musée de Pont-Aven : du 3 février au 26 mai 2024

Le Musée de Pont-Aven, en partenariat avec le Mu.ZEE d’Ostende (Belgique) rend hommage à Anna Boch (Saint-Vaast, Belgique, 1848 – Ixelles, Belgique, 1936), 175 ans après sa naissance.
L’exposition dresse le portrait multiple d’une artiste, mélomane, collectionneuse, mécène, voyageuse et passionnée d’architecture à la personnalité dynamique et avide de découvertes. Elle était la femme artiste la plus en vue de Belgique. Anna Boch a en effet mené une vie très indépendante, un choix rendu possible grâce à ses origines sociales et à la bienveillance familiale. Seule femme à avoir adhéré aux cercles artistiques Les XX et La Libre Esthétique, animés par son cousin Octave Maus, elle s’y est positionnée – fait rare pour l’époque – d’égale à égale avec ses confrères. Ensemble, ils se lancent dans l’aventure du néo-impressionnisme, alors incarné par Théo van Rysselberghe, Paul Signac et Georges Seurat. Ses tableaux lumineux illustrent sa recherche du trait et de la couleur. Sa passion de la nature l’a emmenée dans des coins reculés, rêvant de vivre dans une cabane, pour capter la beauté des paysages bucoliques. Amoureuse de la mer, elle a saisi la lumière et les reflets des côtes, notamment bretonnes, pour les transposer dans des compositions audacieuses. Anna Boch prend résolument toute sa place dans le post-impressionnisme des 19e et 20e siècles.
Le commissariat scientifique a été confié à Virginie Devillez, historienne de l’art avec l’active participation du Dr Stefan Huygbaert, conservateur au Mu.ZEE et de Sophie Kervran, directrice du Musée de Pont-Aven.
Plus de deux ans de recherches préliminaires ont été nécessaires pour réaliser cette exposition.

Attachée de presse : Kassandre Fradelin
kassandre@observatoire.fr
+33 7 66 54 16 73
L https://www.linkedin.com/in/kassandre-fradelin-51a7a4208/

Mémoire Vive

MusVerre, Sars-Poteries
Jusqu’au 7 janvier 2024

« Mémoire Vive » reviendra sur la carrière de Michèle Perozeni, à l’occasion de l’exceptionnelle donation d’une grande partie de la collection de l’artiste au MusVerre.
D’étapes en rencontres, d’expérimentations en découvertes, le parcours scénographique pose les jalons rétrospectifs du parcours de Michèle via des œuvres majeures. Mêlant le cristal aux éléments naturels, ce travail spectaculaire évoque en filigrane la thématique du réchauffement climatique, et des catastrophes écologiques résultant de l’impact de l’homme sur les biotopes.
Un voyage poétique et artistique d’une grande délicatesse.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Être(s) ensemble

MEG, Musée d’Ethnographie de Genève
Jusqu’au 7 janvier 2024

Dans son exposition «Être(s) ensemble», le MEG questionne de manière originale les relations entre les humains et la Nature. Peut-on communiquer et se comprendre entre espèces différentes ? Pour essayer de répondre à cette question, le MEG présente six relations particulières qui se sont nouées entre des humains, des végétaux et des animaux. Ces compagnonnages surprenants nous suggèrent des pistes à suivre afin d’«être(s) ensemble», toujours un peu plus, toujours un peu mieux.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153

Discrete Series. Pierrette Bloch, l’amie peintre

Musée Soulages, Rodez : du 10 février au 19 mai 2024

Pierrette Bloch était une proche du couple Soulages. Pierre Soulages, qui la rencontra en 1949 dans son atelier de la rue Schoelcher, à Paris, l’a dépeinte en 2018 comme « l’amie de toute une vie ». Ce témoignage de fidélité est la raison pour laquelle cette exposition, loin d’être une rétrospective – celle-ci se tiendra au printemps 2025 au musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne -, prend place dans le cadre des célébrations du Dixième anniversaire du musée Soulages, Rodez se déroulant en 2024.

Les oeuvres de Pierre Soulages léguées par Pierrette Bloch au Centre Pompidou – musée national d’art moderne seront présentées à cette occasion. Ces oeuvres des années 1950, peintures sur toile ou sur papier, sont restées accrochées dans son salon parisien pendant près de soixante-dix ans, manifestant avec constance la proximité amicale des deux artistes.

Discrete Series est un titre emprunté au poète objectiviste américain George Oppen que l’artiste plasticienne appréciait particulièrement. Ce titre, qui date de 1934, fait référence à une série mathématique aux termes « chacun empiriquement dérivé, chacun empiriquement vrai. » Empirisme, travail sériel, discrétion à tous les sens du terme, tous ces points résonnent avec l’oeuvre et la personnalité de Pierrette Bloch. La cinquantaine de pièces exposées, issues du musée de Grenoble, du musée Fabre de Montpellier, du Fonds de Dotation Pierrette Bloch et de collections particulières, témoigneront de cette production sérielle, autour de sept ensembles caractéristiques de l’artiste : I- Collages bleus de 1971. II- Lignes d’encre de 1995. III- Dessins saturés de 1997. IV- Fil de crin des années 1980. V- Pages d’écriture de 1986. VI- Dessins à gros points de 1996. VII- Ensemble de papiers asiatiques de 2006.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L https://www.linkedin.com/in/aureliecadot/

L’arrière-monde

Galerie Guillaume, Paris
Jusqu’au 13 janvier 2024

Commissariat : Raphaëlle Ziadé, conservatrice du département byzantin du Petit Palais.
Pour ses 20 ans, la Galerie Guillaume invite quatre commissaires pour un programme d’expositions tout au long de l’année.
«Fêter les 20 ans de la galerie, c’est une manière de célébrer tout ce qui s’est passé pendant toutes ces années, 120 expositions, 50 artistes qui ont bénéficié d’une exposition personnelle, des dizaines de «Rencontres de la Galerie Guillaume»… L’idée est de s’arrêter un moment pour se réjouir de tous ces beaux évènements.» (Guillaume Sébastien)

Attachée de presse : Kassandre Fradelin
kassandre@observatoire.fr
+33 7 66 54 16 73
L https://www.linkedin.com/in/kassandre-fradelin-51a7a4208/

En forêt avec Vincent Munier

Musée des Confluences, Lyon : du 16 février 2024 au 13 avril 2025

Les espaces forestiers sont le décor d’une vie foisonnante.
Photographe des grands espaces sauvages, Vincent Munier parcourt les forêts françaises, en particulier celles des Vosges, depuis son enfance. Avec le musée des Confluences, il propose un voyage visuel et sonore dans une nature en apparence familière mais souvent méconnue. Les images, fixes et animées, révèlent la faune qui peuple les forêts en invitant chacun à apprendre à observer, comme à l’affût, pour mieux s’émerveiller de cet univers grandiose et menacé.

Attachée de presse : Camille Faivre
camille@observatoire.fr
+33 7 82 28 80 94
L https://www.linkedin.com/in/camille-faivre-0aaa89166/

Allez, Roubaix jeunesse !

La Piscine, Roubaix : du 17 février au 26 mai 2024

Depuis plusieurs années, notamment grâce au soutien des Amis du musée, d’artistes ou de collectionneurs, La Piscine s’est attachée à faire entrer dans ses collections des oeuvres d’artistes vivants liés, à un moment ou à un autre, à la scène artistique roubaisienne ou à la ville tout simplement.
Cet accrochage, forcément hétéroclite, fait un point sur ces enrichissements liés au territoire d’un musée qui tient beaucoup à ces regards de proximité et de connivence. Il intègre différents modes de création et d’expression et prend naturellement place dans les espaces identitaires de La Piscine,
son entrée historique, à proximité immédiate des collections du Groupe de Roubaix qu’il prolonge en quelque sorte comme un autre avatar de la ville industrielle aux mille facettes.
Inscrit dans le printemps des collections qui signe la programmation du début de l’année 2024, Allez, Roubaix jeunesse ! est à la fois le témoignage d’une veille forcément incomplète sur l’actualité créative de la cité et un appel à venir présenter les parcours oubliés au musée : chacun(e) son tour !

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

MAHPP : Le Musée révélé

Musée d’Art et d’Histoire Pissarro, Pontoise
Jusqu’au 14 janvier 2024

Privé de quarantième anniversaire par la crise sanitaire, le MAHPP célèbre les 40 ans du Musée Camille Pissarro avec MAHPP : le musée révélé et vous invite à découvrir l’histoire du musée, ses missions, ses coulisses et ses plus belles réussites, visibles ou cachées.
Installée dans l’ensemble du parcours muséal et du cabinet d’arts graphiques, l’exposition vous invite à poser votre regard sur l’histoire du musée et à redécouvrir les collections des années 1860-1920 sous un autre angle. Pour l’occasion, une sélection de 40 des plus belles acquisitions du musée sort des réserves.
Au programme ? Camille Pissarro, Charles François Daubigny, Gustave Caillebotte, Norbert Goeneutte, Armand Guillaumin, Henri Martin, Ludovic Piette, Paul Signac, Victor Vignon, Claude Monet et tant d’autres, vous racontent en anecdotes les nombreux succès d’Edda Maillet puis de Christophe Duvivier, du Musée Pissarro au MAHPP.

Compagnons d’une vie : une donation à La Piscine

La Piscine, Roubaix : du 17 février au 26 mai 2024

Suite à une donation qui fera date dans son histoire, La Piscine expose une remarquable collection particulière, élaborée au fil d’un demi-siècle de recherches et d’amitiés.
Les oeuvres qui la composent dévoilent le cheminement sensible par lequel les goûts, les intérêts intellectuels, les rêveries des collectionneurs en sont venus à former un ensemble harmonieux et singulier. Principalement consacrée aux dix-neuvième et vingtième siècles, la donation s’articule autour d’ensembles d’oeuvres de Victor Hugo, Cocteau, Desnoyer, Lapicque, Vieira Da Silva, Arikha ou encore Dezeuze. S’y ajoutent des créations de Vuillard, Sima, Valentine et Jean Hugo, Dali, Bérard, Szenes, Hajdu, Gilioli, Zao Wou-Ki, Alechinsky, Sarthou, Magdeleine Vessereau, Olivier Debré, Bruce Naumann… – pour ne citer que quelques-uns des artistes représentés.
De l’embrasement romantique à l’ascèse de Supports/Surfaces en passant par la palette radieuse d’un Desnoyer, c’est à une traversée de deux siècles de création artistique que convie Compagnons d’une vie : une donation à La Piscine.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Jan et Joël Martel, Le monument à Debussy

La Piscine, Roubaix : du 17 février au 26 mai 2024

Durant le printemps 2024, La Piscine s’associe à la Villa Cavrois pour rendre hommage aux sculpteurs Jan et Joël Martel (1896-1966) qui furent très proches de l’architecte Robert Mallet-Stevens et qui participèrent au chantier de la grande demeure moderniste élevée à Croix, dans l’immédiate banlieue de Roubaix, pour un grand patron du textile local.
Inauguré en 1932, ce palais moderne est le strict contemporain de la piscine de Roubaix et de l’installation, à Paris, d’un Monument à Claude Debussy auquel travaillaient les jumeaux de la sculpture depuis la disparition du compositeur. D’abord prévu pour Saint-Germain-en-Laye, ville natale du musicien, cet hommage fut finalement installé boulevard Lannes, à Paris, près de l’emblématique rue Mallet-Stevens où les Martel avaient leur atelier et leurs appartements, également construits sur les plans de l’architecte. Des premières idées de 1919 jusqu’à l’aspect définitif de 1932, le monument évolue d’une complexe construction encore d’esprit très symboliste vers une expression manifeste du classicisme art-déco.
L’ensemble des sculptures et dessins relatifs à ce projet que conserve La Piscine permet de raconter ce chemin complexe et d’évoquer les aléas chaotiques qui sont le fait de nombreuses histoires de monuments publics de cette génération.
L’exposition dossier prévue par le musée met en valeur un fonds Martel très précieux dans la collection de sculpture moderne du musée. Quelques oeuvres en mains privées, empruntées pour l’occasion, complèteront utilement cette présentation patrimoniale.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

À l’invitation de La Petite Châtelaine : des enfants impressionnistes à La Piscine grâce au musée d’Orsay

La Piscine, Roubaix : du 17 février au 26 mai 2024

À l’occasion du cent cinquantième anniversaire de l’Impressionnisme, le musée d’Orsay a proposé à plusieurs musées en région, de prêter des oeuvres emblématiques de sa prestigieuse collection pour créer une chaîne d’évènements et pour dialoguer avec les fonds des institutions intéressées par cette proposition.
Saisissant cette généreuse opportunité, La Piscine a émis l’idée de demander à sa « Joconde », La Petite Châtelaine de Camille Claudel, de convier quelques enfants impressionnistes des collections nationales. Trois tableaux, de Degas, Renoir et Pissarro, et une sculpture de Degas seront donc, durant trois mois, les invités de marque du marbre élaboré par Claudel dans l’esprit de l’Impressionnisme, au début des années 1890. Ce rendez-vous sera présenté dans la salle actuellement consacrée au thème de l’enfance au coeur du parcours permanent et dont l’accrochage sera profondément modifié pour permettre de vrais dialogues entre les oeuvres et les protagonistes.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Pascal Barbe. Les bonhommes prennent le métro et occupent le musée. Ils fêtent leurs 50 ans en 2024

La Piscine, Roubaix : du 17 février au 26 mai 2024

Pascal Barbe (né en 1957 à Bruay-en-Artois) est un artiste singulier qui, depuis les années 1980, est
une référence importante sur la scène artistique régionale. Son oeuvre pictural s’apparente souvent à l’expressionnisme contemporain, proche de ses sources flamandes ou d’échos allemands : une peinture à l’écoute du monde. Dans son enfance, marquée par une relation fusionnelle avec son grand-père, le futur artiste est fasciné par le jeu des ombres chinoises qui, dès 1974, investissent son travail sous la forme qu’il nomme ses « bonhommes », « emblèmes de notre tribu européenne avec lesquels il touche de la façon la plus concise, les archétypes poétiques ». À l’encre ou à l’huile, à plat ou en volume, ces personnages allumettes font intimement et durablement partie de l’univers de Pascal Barbe et s’affirment comme une expression graphique iconique de son message créatif, politique et humaniste. En 2000, ils prennent vie dans un film d’animation, La pomme et le papillon. Après avoir « tatoué » sur les murs du FRAC à Dunkerque ses petits bonhommes indélébiles, il les expose en 1992 dans une église du Tarn. L’architecte Jean-Claude Burdèse les remarque et propose à l’artiste de les intégrer dans son projet pour la station de métro Charles de Gaulle à Roubaix. Cette installation pérenne est assurément l’intervention artistique la plus convaincante du vaste chantier de la construction d’une nouvelle ligne souterraine qui, en 1999, modifie considérablement le rapport de la métropole nordiste à son versant industriel. Mieux qu’un décor, ce projet, malgré quelques coups de rabot budgétaires, s’impose comme une véritable oeuvre plastique structurant le site auquel il est destiné et, dans l’espace public, il offre généreusement aux passagers un peuple miroir évoquant poétiquement leurs silhouettes, leurs attitudes, leurs états d’âme…
En 2019, Pascal Barbe propose au musée de Roubaix de lui offrir l’intégralité des dessins préparatoires originaux pour sa création et les poèmes en version reflet (l’artiste maîtrise magnifiquement l’écriture à l’endroit comme à l’envers et signe souvent ses oeuvres de droite à gauche !) qui les accompagnent.
C’est l’esprit de ce superbe ensemble qui est aujourd’hui révélé, faisant entrer au musée l’autre temps d’une oeuvre dédiée aux passants de la cité.

Attachée de presse : Vanessa Ravenaux
vanessa@observatoire.fr
+33 7 82 46 31 19
T @VanessaRavenaux

Présentation de la 4ème donation consentie par Colette Soulages

En 2024, le musée présentera dans une salle des collections permanentes la quatrième donation consentie par Colette Soulages en juin 2023. Cette présentation des sept Outrenoirs (oeuvres majeures de 1999 à 2022, dont la dernière Peinture 102 X 130 cm 15 mai 2022) s’inscrit au coeur d’une présentation plus générale d’un nouvel accrochage des collections.

Attachée de presse : Aurélie Cadot
aureliecadot@observatoire.fr
+33 6 80 61 04 17
T @aurelie_cadot
L https://www.linkedin.com/in/aureliecadot/

Mon trousseau de mariage

Département de la Seine-Maritime, Château de Martainville – Musée des Traditions et Arts Normands
Jusqu’au 14 janvier 2024

Au XIXe siècle, le trousseau de mariage est en usage dans toutes les classes sociales et sa qualité reflète le statut de la future épouse. Confectionné par la jeune fille qui a été formée aux travaux d’aiguilles dès son plus jeune âge, le trousseau présente le linge de maison, le linge de corps et le menu linge tels que les bonnets, les coiffes et les mouchoirs de cou. L’étude des contrats de mariage nous renseigne sur la composition du trousseau de la femme au moment de son mariage. Il diffère par la quantité du linge, son ornementation et la richesse des matériaux, en fonction de la classe sociale du père de la future mariée. Le coût élevé des vêtements prouve qu’ils devaient durer la vie entière et qu’ils se transmettaient également par héritage.
L’exposition portera sur l’étude et la présentation d’un exceptionnel trousseau complet, acquis par le musée en 2020 qui sera mis en relation avec d’autres éléments appartenant aux collections du Musée des Traditions et Arts Normands.
En parallèle, l’artiste Elsa Duault propose son regard contemporain sur le trousseau de mariage par le biais d’entretiens réalisés auprès de femmes de la Seine-Maritime et de l’Eure. Ces témoignages accompagnent ses sculptures réalisées à partir des draps brodés de mariage, témoins de notre héritage matrimonial.

Attachée de presse : Margot Spanneut
margot@observatoire.fr
+33 7 66 47 35 36
L https://www.linkedin.com/in/margot-spanneut-363648153